Comment calculer son chiffre d’affaires quand on est auto-entrepreneur?

Quand on est auto-entrepreneur, on se retrouve obligatoirement confronté à la gestion administrative de son entreprise. Les termes techniques et autres jargons sont parfois difficiles à comprendre et on ne sait pas toujours comment s’y prendre pour calculer son chiffre d’affaires.

Comment calculer son chiffre d’affaires quand on est auto-entrepreneur ?

La comptabilité de la micro-entreprise se fait selon plusieurs points importants : la différence entre le chiffre d’affaires encaissé et facturé, la nuance entre chiffre d’affaires et bénéfices mais aussi les différents calculs que l’on doit appliquer lorsqu’on est soumis à la TVA.
Comment calculer et déclarer son chiffre d’affaires quand on est auto-entrepreneur ? Découvrons ensemble les étapes importantes.

Le chiffre d’affaires, qu’est ce que c’est ?

"Le chiffre d’affaires (aussi appelé CA) est la somme des ventes des biens et/ou des services réalisées par une entreprise."
Le chiffre d’affaires d’une micro-entreprise est calculé hors taxe (HT) et sa comptabilité se réalise de manière mensuelle ou trimestrielle.
Le chiffre d’affaires est le premier indicateur de la réussite financière d’une entreprise et on se base en partie sur lui pour savoir si une entreprise en bonne santé financière.

Le chiffre d’affaires encaissé et facturé, quelle est la différence ?

Une des principales interrogations des auto-entrepreneurs est de savoir quelle est la différence entre le chiffre d’affaires que l’on facture et celui que l’on encaisse. Il est primordial de connaître et de maîtriser cette nuance, car elle a un impact certain sur votre déclaration.
Pour calculer le chiffre d’affaires que l’on doit déclarer à l’URSSAF quand on est autoentrepreneur, on doit se baser sur le chiffre d’affaires encaissé. Ainsi, un auto-entrepreneur ne déclare que ce qui a été réglé par les clients, même si les sommes facturées sont plus importantes.

Par exemple: en décembre 2020, vous avez facturé auprès d’un client une prestation d’un montant de 2000 euros. Ce client ne vous a pour l’instant réglé que la moitié de la facture, c’est à dire 1000 euros. Il prévoit de vous payer le reste en janvier 2021.
Dans ce cas, votre déclaration de chiffre d’affaires à l’URSSAF du mois de décembre sera de 1000 €. Elle correspond uniquement aux montants que vous avez réellement perçus.

Notez que cela présente l’énorme avantage de ne jamais payer de cotisations sociales ou de TVA sur de l’argent que vous n’avez pas encore touché !

On déclare à l’URSSAF le CA encaissé.

Comment différencier le chiffre d’affaires et le bénéfice ?

Le bénéfice représente votre chiffre d’affaires moins les frais de votre activité.
Quand on calcule son chiffre d’affaires en micro-entreprise, on le calcule brut. Cela signifie que l’auto-entrepreneur déclare l’ensemble des sommes versées par ses clients. De ce fait, vous ne devez pas déduire de votre chiffre d’affaires les charges et frais annexes à l’exercice de votre activité (outils en ligne, location d’un bureau, déplacements…). Vous déclarez donc bien votre Chiffre d’Affaires et non votre bénéfice.
“Le bénéfice d’une entreprise correspond à l’ensemble des sommes versées par les clients auxquelles sont déduites l’ensemble des charges qui incombent à votre entreprise (paiement de la taxe URSSAF, fournitures diverses, abonnement internet, location d’un coworking…).”
De ce point de vue, le statut d’auto-entrepreneur est un régime intéressant car il est fiscalement simplifié. En revanche on voit bien que pour une activité qui a beaucoup de frais, le statut d’auto-entrepreneur ne sera peut-être pas le plus interessant.

Comment gérer le seuil de passage à la TVA quand on est auto-entrepreneur ?

“Au lancement de son activité, l’auto-entrepreneur est par défaut exonéré de TVA (taxe sur la valeur ajoutée).”
En franchise en base (régime fiscal par défaut de la micro-entreprise), l’ensemble des transactions réalisées se font hors taxe. Autrement dit, l’entrepreneur est exonéré de TVA et ses montants hors taxes sont les mêmes que ses montants TTC. Il ne facture donc aucune TVA à ses clients, et ne reverse aucune TVA à l’Etat.
Mais cette exonération de TVA est soumise à une réglementation bien spécifique. Pour continuer à être exonérée de la TVA, la micro-entreprise doit maintenir son chiffre d’affaires en dessous d’un certain seuil.
Ce seuil varie en fonction de la nature de votre activité professionnelle, voici les seuils depuis 2020 :

Seuil de Franchise

Seuil Majoré

Prestations de services

34 400 €

36 500 €

Achat/revente

85 800 €

94 300 €

Si votre chiffre d’affaires vient à dépasser ce seuil, vous devrez alors gérer le passage à la TVA pour votre micro-entreprise.
Quand une micro-entreprise n’est plus soumise à l’ exonération de la TVA, elle doit alors facturer celle-ci à ses clients.
Attention cependant, car même si la TVA est facturée aux clients, elle ne doit pas être prise en compte dans le calcul de votre chiffre d’affaires, et ne doit donc pas être déclarée à l’URSSAF.
Maintenant que vous comprenez la subtilité entre ce qui est facturé et ce qui est encaissé, vous comprenez bien que le risque si on n’anticipe pas le passage à la TVA est d’émettre des factures sans TVA qui auraient en fait dû la comporter (car le seuil peut ne pas encore être dépassé au moment où elle est émise, et être déja dépassé au moment où elle est encaissée)

La TVA encaissée fait l’objet d’une déclaration distincte, que Superindep.fr peut également gérer pour vous.

Comment gérer le seuil de sortie du régime de l’auto-entreprise

Le régime de la micro-entreprise est soumis à certains plafonds financiers, pour conserver votre statut d’auto-entrepreneur, vous devez veiller à ne pas réaliser un chiffre d’affaires supérieur aux plafonds imposés par l’Etat.
En 2020, les plafonds de chiffre d’affaires pour les micro-entreprises sont de :

Plafond

Prestations de services

72500 €

Achat/revente

176500 €

Si votre micro-entreprise dépasse ce seuil, vous serez dans l’obligation de changer de statut. Vous devrez alors transformer votre micro-entreprise en société (EURL, SASU, EI…​).

Comment déclarer son chiffre d’affaires quand on est auto-entrepreneur ?

En tant qu’ auto-entrepreneur, vous êtes tenu de déclarer votre chiffre d’affaires à l’administration française afin d’être en règle tout au long de votre activité entrepreneuriale.

Déclarer son chiffre d’affaires à l’URSSAF

La première étape consistera à déclarer votre chiffre d’affaires auprès de l’URSSAF.
Vous êtes dans l’obligation de déclarer votre chiffre encaissé à l’administration fiscale tous les mois ou tous les trimestres. (c’est un des services proposés par Superindep.fr)
Cela permet à l’URSSAF de s’assurer que votre entreprise respecte bien les plafonds de chiffre d’affaires imposés par le statut de la micro-entreprise, et de calculer le montant des cotisations que vous devrez payer.
Cette déclaration est désormais simplifiée et se fait en ligne, directement sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr.
Même si votre chiffre d’affaires est nul (vous n’avez rien perçu), vous devez impérativement le déclarer auprès de l’URSSAF au risque de subir des pénalités.
En déclarant votre chiffre d’affaires auprès de l’URSSAF, vous recevrez ensuite un avis de déclaration vous indiquant les taxes et cotisations à payer auprès de l’Etat. Ces taxes sont calculées en fonction de la nature de votre activité et se découpent en plusieurs points :
* Les cotisations sociales
* La contribution à la formation professionnelle
* La taxe pour les frais de chambres (hors activités libérales)
* Le versement forfaitaire libératoire de l’impôt sur le revenu (si vous avez choisi cette option à la création de votre entreprise)

Déclarer son chiffre d’affaires aux impôts

La déclaration du chiffre d’affaires à l’URSSAF n’est pas la seule étape à réaliser pour être en règle avec votre micro-entreprise.
Vous devez également déclarer votre chiffre d’affaires annuel auprès du service des impôts particulier (SIP) (afin de calculer votre impôt sur le revenu).
Cette déclaration auprès des impôts est obligatoire, même si vous avez opté pour le versement forfaitaire libératoire de l’impôt sur le revenu (même si évidemment vous ne serez pas reprélé dans ce cas).
Pour effectuer votre déclaration fiscale correctement, vous devez donc effectuer une déclaration d’impôts sur le revenu habituelle et y ajouter une déclaration complémentaire ( formulaire n°2042 C PRO ) pour déclarer les revenus non salariés.

Corriger une erreur de déclaration de chiffre d’affaires en micro-entreprise

Les déclarations de chiffre d’affaires peuvent s’avérer complexes et il arrive parfois de faire des erreurs de calcul ou d’inattention. Vous vous apercevez que vous avez fait une erreur dans une de vos déclarations ? Pas de panique. La loi permet le droit à l’erreur pour les entreprises comme pour les particuliers. En tant qu’auto-entrepreneur, vous bénéficiez d’une tolérance vis-à-vis de l’URSSAF, qui permet aux indépendants de modifier leurs déclarations assez facilement.

Dans tous les cas, une bonne façon de rester serein pour éviter les erreurs, ou obtenir de l’aide si vous en avez déjà faite est de vous tourner vers Superindep.fr!

FAQ

🚀 Quels sont les plafonds de chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur ?

En 2020, les plafonds de chiffre d’affaires pour les auto-entrepreneurs sont définis par la nature de l’activité : 176 200 € pour la vente de marchandises, les prestations d’hébergement et la vente de denrées à consommer sur place & 72 500 € pour les activités libérales et les prestations de services commerciales et artisanales.

💶 Quel est le plafond d’exonération de la TVA pour un auto-entrepreneur ?

Pour être exonéré de la TVA, une micro-entreprise ne doit pas dépasser 82 800 € pour l’achat et la vente de biens et de marchandises & 34 400 € pour les prestations de services et les activités libérales.

💲 Comment se calcul le chiffre d’affaires d’un auto-entrepreneur ?

Le chiffre d’affaires (aussi appelé CA) est la somme des ventes des biens et/ou des services réalisées par une entreprise. Il est toujours entendu Hors Taxe et se calcul sur les ventes encaissées dans le cas de la micro-entreprise.