Devenir photographe autoentrepreneur

Le statut autoentrepreneur attire de nombreuses professions indépendantes. Créer une autoentreprise est rapide et les obligations comptables et fiscales sont simplifiées, comparée à une entreprise classique. Le photographe peut exercer en tant qu’autoentrepreneur à condition de réaliser de la photographie dite "sociale" (des portraits, des photos de mariage, de la publicité, etc.).
Est-ce un statut intéressant pour lui ? Comment devenir photographe autoentrepreneur ? Quelles sont les obligations à respecter ? Petit tour d’horizon du métier de photographe en autoentreprise.

Peut-on être photographe en autoentreprise ?

Quelles sont les activités d’un photographe en autoentreprise ?

Il est possible d’être photographe sous le statut autoentrepreneur. Cependant, il existe différents métiers de photographes et tous ne peuvent pas exercer sous le statut d’autoentrepreneur.

  • Le photographe auteur : en tant que photographe d’art, il dépend de l’Agessa (le régime de sécurité sociale des artistes auteurs) avec une rémunération en droits d’auteur lorsqu’il cède la propriété de ses œuvres. Il n’est pas possible d’exercer ce type de photographie en tant qu’autoentrepreneur.

  • Le photographe de presse : travaillant pour la presse (internet ou papier) et pour les agences de presse, il peut exercer en indépendant ou en tant que salarié.

  • Le photographe d’illustration : la photographie “sociale” est regroupée ici, comprenant différentes prestations (photographies d’identité, de mariage, de classe, publicitaire, aérienne, vidéos pour événements et traitement de films). Les photographies prises ne lui appartiennent pas (contrairement au photographe auteur). L’autoentreprise est intéressante pour ce type de photographe.

Il est possible de cumuler une micro entreprise avec le statut artiste auteur, par exemple en étant photographe d’art à l’Agessa et photographe d’illustration en autoentreprise. Vous pouvez également être salarié (photographe de presse) et compléter vos revenus en autoentreprise (photographe “social”).
Un photographe autoentrepreneur peut travailler avec des particuliers (anniversaire, mariage, etc.), des entreprises (agences de publicité, grandes marques, etc.) ou des agences (agences d’actualité, de presse, d’illustration, etc.).

Table 1. Photographe autoentrepreneur
Les métiers de photographe activités statut autoentrepreneur

Le photographe auteur

Photographe d’art, il peut+céder les droits d’usage de ses œuvres ou vendre des tirages originaux

non

Le photographe de presse

Il réalise des photographies pour la presse papier ou internet et/ou pour les agences de presse & il peut être photojournaliste, en statut indépendant ou salarié

non

Le photographe d’illustration (social)

Il peut faire des photographies d’identité, de mariage, d’événement, de tourisme, de publicité, aérienne et des traitements de films.

oui +(prestations de services BIC)

Est-ce intéressant d’être autoentrepreneur pour un photographe ?

En tant que régime social et fiscal simplifié, l’autoentreprise est intéressante pour les photographes qui réalisent de la photographie “sociale”, notamment les photographes débutants. En effet, c’est un métier qui nécessite de la patience et une bonne communication afin de pouvoir se faire une place parmi la concurrence. Avec des charges faibles et une administration facilitée, l’autoentreprise permet au photographe de prendre son temps et de faire évoluer son entreprise, en conservant un emploi salarié en parallèle, si nécessaire.
C’est un statut qui permet de cumuler plusieurs activités (sous une seule et même autoentreprise), ce qui est très utile pour les photographes qui souhaitent diversifier leur activité. Il est possible, par exemple, de vendre des produits, en plus du métier de photographe, comme du matériel de photographie ou des reproductions commerciales (posters, cartes postales, etc.).
C’est donc un métier adapté à l’autoentreprise, où il est intéressant d’être à la TVA pour pouvoir récupérer la TVA sur ses dépenses (le matériel photo coûte cher). Cependant, il faut savoir que les charges ne sont pas déductibles en autoentreprise. Il n’est pas possible de déduire les frais kilométriques ou le loyer commercial, par exemple.

Comment devenir photographe autoentrepreneur ?

Quelle formation pour être photographe autoentrepreneur ?

Le métier de photographe n’est pas réglementé, c’est-à-dire qu’il n’est pas obligatoire de posséder un diplôme ou une qualification professionnelle pour pouvoir exercer. Cependant, il est conseillé de suivre une formation afin de connaître les bases de la photographie et de proposer des prestations sérieuses aux clients. Plusieurs cursus existent :

  • bac pro photographie (3 ans après le brevet)

  • BTS photographie (2 ans après le bac)

  • diplômes bac +5 des écoles spécialisées (Louis Lumière, Gobelins, etc.)

  • diplômes des écoles privées (ils ne sont pas tous reconnus).

Avoir un diplôme ne suffit pas ! Une fois votre formation terminée, il est très important de se faire connaître pour trouver de futurs clients. Vous ne devez pas négliger votre communication, notamment sur les réseaux sociaux et avec votre portfolio.

Quelles compétences doit avoir un photographe en autoentreprise ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne suffit pas de faire de belles photographies pour être photographe. D’autres compétences sont nécessaires pour réussir à exercer ce métier en autoentreprise :

  • Avoir des connaissances artistiques et photographiques.

  • Être créatif et inventif.

  • Maîtriser les outils informatiques, surtout pour le traitement de l’image.

  • Avoir un esprit technique (mise en scène, etc.) et des qualités sociales (bonne communication, patience, etc.).

  • Être disponible pour répondre aux demandes des clients, couvrir des événements d’actualité ou travailler le week-end, si nécessaire.

Avant de se lancer en tant que photographe autoentrepreneur, il faut connaître les règles qui entourent ce métier, et notamment la protection des droits d’auteur, le respect de la vie privée et l’autorisation de publication.

Quelles sont les démarches pour devenir photographe autoentrepreneur ?

Vous souhaitez devenir photographe autoentrepreneur ? Vous devez créer votre microentreprise. Pour ce faire, vous devez déclarer votre début d’activité en ligne, en remplissant un formulaire sur le Guichet Unique des entreprises. En tant que photographe “social” vous devez vous immatriculer au Répertoire des métiers, dans un délai d’un mois après la création de votre autoentreprise. Si vous avez une activité commerciale en parallèle (la vente de matériel photographique, par exemple), vous devez également vous immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés.
Si vous souhaitez faire une demande d’ACRE, vous devez la faire dans les 30 jours après votre déclaration d’activité. L’assurance professionnelle n’est pas obligatoire, mais elle est fortement recommandée pour les photographes autoentrepreneurs, et notamment pour le matériel et le studio photo.
N’oubliez pas de prendre en compte le budget nécessaire pour l’achat du matériel photo (appareil photo, éclairages, ordinateur, logiciels de retouche, création d’un site internet…). En moyenne, le budget initial pour l’équipement photographique est compris entre 5 000 € et 15 000 €, et peut être plus élevé pour la photographie en intérieur (local photo, développement, etc.).

Photographe autoentrepreneur : quelles obligations ?

Une fois que vous avez créé votre autoentreprise, vous devez déclarer et payer vos cotisations URSSAF tous les mois ou tous les trois mois (selon votre choix au moment de la déclaration d’activité). Le taux des cotisations sociales est de 21,1 % pour l’activité de photographe et de 12,3 % pour l’achat-vente. Ce taux s’applique sur le chiffre d’affaires hors taxe et non pas sur les bénéfices.
Vous devez vous assurer, au cours de l’année, que votre chiffre d’affaires ne dépasse pas le plafond fixé pour exercer en autoentreprise, soit 77 700 € pour le photographe autoentrepreneur (prestations de services commerciales et artisanales). Si vous avez des revenus d’achat-vente en plus, ceux-ci ne peuvent pas dépasser le plafond de 188 700 €.
En autoentreprise, vous devez aussi payer la CFE (cotisation foncière des entreprises) une fois par an, sans oublier de déclarer et de payer l’impôt sur le revenu.

Photographe autoentrepreneur

FAQ

💶 Quel statut autoentrepreneur pour un photographe ?

Le photographe d’illustration ou “social” peut exercer sous le statut autoentrepreneur. Il est considéré comme un artisan, son activité est donc classée dans les prestations de service des bénéfices industriels et commerciaux (micro-bic). La limite de chiffre d’affaires à ne pas dépasser est de 77 700 € annuel et le taux de cotisations sociales est de 21,1 %. Le code APE est souvent le “74.20Z - activités photographiques”.

📜 Comment se déclarer autoentrepreneur photographe ?

Pour se déclarer autoentrepreneur photographe, il faut créer sa microentreprise en remplissant le formulaire de début d’activité sur le site Guichet Unique. Une fois cette formalité remplie, vous devez vous déclarer au Répertoire des métiers pour être immatriculé. Il est important de connaître les obligations et les règles de la microentreprise, même si c’est un régime simplifié. Cela vous évitera les erreurs et les oublis dans vos démarches administratives !

💰 Comment facturer une prestation photo ?

La facture des prestations photographiques en autoentreprise ressemble à une autre facture. Les mentions obligatoires doivent y figurer : nom, numéro SIREN, date d’émission, numéro de facture, identité du client, désignation de la prestation, date de livraison et montant à payer, TVA si nécessaire. Vous devez avoir défini vos tarifs de prestations, en prenant en compte les charges, le coût de la réalisation et la marge.